Entretien d’embauche: les erreurs à éviter

, par Marie Paris.

Même si les entretiens d’embauche existent depuis la nuit des temps, il y a toujours ces bêtises, faux-pas et maladresses qu’on a tous fait et qu’on referra peut-être encore.

Add-Vodka fait donc un petit rappel des 7 erreurs à éviter à tout prix lors d’une rencontre avec un boss potentiel…

Être habillé de façon inappropriée

Un emploi pour vous?

La tenue joue pour beaucoup sur la première impression donnée au boss, qui influe ensuite sur le reste de l’entrevue. Comme c’est la première chose que l’on remarquera, il FAUT soigner son apparence. Exit donc les gougounes et les décolletés open-clivage, on préfère les vêtements sobres et professionnels – même si l’entreprise accepte au quotidien une tenue plus décontractée. Et attention aux détails : chemise pas repassée, veste mal boutonnée…

Ne pas être assez préparé

S’il y a des devoirs à faire avant un entretien, c’est de réfléchir aux réponses à donner aux questions classiques – voire idiotes – que les recruteurs posent souvent en entretien. Quelles sont tes faiblesses, tes points forts, décris-toi en quelques mots… Ça paraît facile, mais c’est le genre de questions auxquelles on peut vite répondre des bêtises en allant trop vite, ou qui occasionnent des blancs. Évidemment, dans les réponses, on se met en valeur.

Mentir…

Bilingue en allemand, capable de coder ou titulaire d’un diplôme lointain : stop aux exagérations, mensonges ou même omissions ! Même s’il est toujours tentant de pimper un peu son CV en ajoutant une qualification ou en en effaçant un redoublement, le recruteur pourra vite se rendre compte des mensonges et te déstabiliser avec quelques questions précises – à moins que tu ne sois super bon pour la poker face.

Être trop négative

Comme le disait une grande penseuse, la positive attitude, c’est important. Que ce soit sur l’entreprise, le monde du travail en général… Sans abuser de fleurs et petits oiseaux, il faut tenter de véhiculer une image optimiste de l’avenir et de ses ambitions. Et surtout : ne pas parler en mal de son ancien employeur et des entreprises dans lesquelles on a pu travailler avant. Même si on est parti pour de très bonnes raisons.

Négocier le salaire

On ne travaille pas juste au nom de la vocation, mais aussi pour la paye. L’entretien n’est cependant pas forcément le meilleur endroit pour aborder le sujet de l’argent, voire négocier le montant de votre salaire – à moins que ce ne soit le recruteur qui aborde le sujet. L’entretien sert d’abord à prouver que tu es la candidate pour le poste. D’autant qu’en général, c’est avec le responsable des ressources humaines que se gère la question financière.

Arriver en retard

Même si la maison brûle ou que le chihuahua s’est enfui, sois à l’heure. Pour cela, vérifie l’itinéraire avant de partir et prévois-toi une marge. Avec le métro, un « accident sur la voie » ou une « utilisation inopinée du frein d’urgence » est si vite arrivé… Enfin, si VRAIMENT un cas de force majeure t’empêche d’être au rendez-vous (attaque à main armée, enlèvement extraterrestre), assure-toi de prévenir le recruteur avant l’heure fixée.

Être trop relax

Même si le recruteur reçoit dans un cadre un peu informel – dans un café, ça peut arriver -, tutoie d’emblée et pose des questions plus ou moins reliées au cadre du travail, attention à ne pas se laisser aller à être « trop » cool. Il veut simplement voir si ta personnalité s’adapterait bien à l’équipe, mais n’a pas pour autant envie d’entendre tes jokes salaces et de savoir le prénom de ton furet domestique…



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Collège Inter-Dec
  • Pillière Bolduc Notaires
  • La Presse
  • Desjardins
  • Gowling WLG
  • ZSA
  • Espace Physio Forme Inc
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.