Comment s’adresser à un collègue au comportement dérangeant?

, par Carolanne Magnan.

Interrompre constamment dans les réunions, mâcher de la gomme bruyamment ou bien écouter de la musique à tue-tête… Nous avons tous un collègue aux habitudes ennuyantes et lui expliquer d’arrêter est une tâche délicate.

Parler franchement à un collègue perturbateur n’est pas seulement un acte courageux. C’est un risque en soi. Bien que cela puisse bien se passer, il se peut également que ça se retourne contre vous, ou que votre commentaire tombe dans l’oreille d’un sourd.

Comment s’assurer que vos propos soient entendus, écoutés et reçus positivement par le collègue? Voici cinq règles définies par la journaliste de The Muse, Alyse Kalish.

Un emploi pour vous?

1. Soyez clair

Il est crucial d’expliquer très clairement à votre collègue ce qu’il fait de dérangeant. Tourner autour du vrai problème le laissera confus, mal informé ou insulté par vos commentaires.

Posez-vous les questions suivantes avant d’aborder le sujet avec lui. Est-ce ce qu’il dit, ou comment il le dit qui est problématique? S’agit-il d’un comportement récurrent, ou périodique? Est-ce une habitude qu’il peut corriger, ou qui est hors de son contrôle?

2. Donnez-lui des explications

Ne lui dites pas seulement d’arrêter. Expliquez-lui quand, où et pourquoi son comportement vous dérange, vous distrait ou vous insulte. Quand et où se comporte-t-il ainsi? Pourquoi cela vous a affecté? Par exemple, plutôt que de le sommer de ne pas parler fort autour de votre bureau,-lui que le volume de sa voix vous empêche de vous concentrer sur votre travail.

3. Faites-le gentiment

Rappelez-vous que votre collègue n’est probablement pas conscient de ce qu’il fait. Assumez qu’il est bien intentionné et qu’il ne veut pas délibérément vous nuire. Il sera plus apte à comprendre, ainsi qu’à changer son comportement, si vous lui parlez de façon respectueuse.

Alyse Kalish propose d’interpeller un collègue qui parlerait beaucoup près des bureaux de la façon suivante :

« Hé, David! Je me demandais si je pouvais vous parler. Bien que j’aime discuter avec vous à nos bureaux (je pourrais littéralement passer des heures à parler de tweets pour chiens comme nous le faisions hier), j’ai vraiment du mal à terminer cet article qui est dû pour vendredi. J’ai de la difficulté à ne pas me laisser distraire par ce dont tout le monde parle autour de moi. Je vous demande donc une petite faveur : chaque fois que vous souhaitez discuter avec notre équipe de choses non-professionnelles, pouvez-vous aller dans la cuisine, utiliser Slack, ou venir me voir vers la fin de la journée? »

4. Reconnaissez ses efforts et tenez-le responsable

Le changement ne se produit pas du jour au lendemain. Rappelez-vous que chaque petit geste de votre collègue pour améliorer son comportement est un pas dans la bonne direction. Encouragez-le à progresser en lui montrant que vous lui en êtes reconnaissant.

5. Impliquez un supérieur en cas de besoin

Il est possible que votre collègue ne soit pas du tout coopératif, alors n’hésitez pas à demander le soutien de votre patron ou du service des ressources humaines. Cela vous donnera plus d’autorité.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • La Presse
  • Gowling WLG
  • Desjardins
  • ZSA
  • Pillière Bolduc Notaires
  • Espace Physio Forme Inc
  • Collège Inter-Dec
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.