Surqualifiée? Tant mieux!

, par Florence Tison.

La grande majorité des employeurs estime que c’est une mauvaise idée d’employer une personne surqualifiée. Ils ont tort!

Au Canada, le nombre d’étudiants ayant atteint le niveau universitaire est passé de 20% en 1990 à 33% en 2015, selon le Huffington Post. L’insertion de ces diplômés sur le marché du travail ne va pas de soi. Au Québec, plus du tiers des diplômés universitaires ont une formation qui dépasse celle normalement requise pour le poste qu’ils occupent. Ils sont surqualifiés.

Est-ce une mauvaise nouvelle? Pas nécessairement!

Un emploi pour vous?

Selon l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), les études, c’est payant : « un travailleur qui accède à un emploi par la promotion gagne moins qu’un travailleur qui obtient le même type d’emploi grâce à sa scolarité ».

L’INRS affirme aussi que 80% des nouveaux diplômés qui se considèrent surqualifiés sont satisfaits ou même très satisfaits de leur emploi.

Pourtant, la grande majorité des employeurs estime pourtant que c’est une mauvaise idée d’employer une personne surqualifiée.

Pourquoi? D’après l’INRS, les employeurs craignent généralement :

  • une frustration au travail;
  • des relations tendues avec les collègues;
  • un manque de motivation;
  • de plus grandes attentes salariales;
  • un risque plus élevé de départ de l’entreprise.

Au contraire, ces gestionnaires auraient grand intérêt à employer des candidats dont les compétences dépassent celles requises pour le poste.

De grands avantages pour l’entreprise aussi

Une étude de l’Academy of Management Journal publiée en 2016 a conclu que d’embaucher une personne surqualifiée peut avoir des retombées positives autant pour l’employeur que pour l’employé.

Selon l’un des auteurs de l’étude, le professeur Jing Zhou, le travailleur surqualifié joue avec les nouvelles idées et l’enchaînement des tâches, et repousse ainsi les limites de son travail. Bref, il essaie de nouvelles manières de procéder et explore comment il peut mieux faire son travail. Pour un employeur, c’est formidable : l’employé en fait plus et va plus loin que ce qui lui est demandé.

Les problèmes ne surviendraient que lorsque l’employé est extrêmement surqualifié. À ce moment-là, le travail peut sembler trop simple et l’employé finit par se sentir démotivé.

Alors, à moins que vous n’ayez un doctorat en biochimie, n’hésitez pas à postuler à un poste d’adjointe. Tout le monde en sort gagnant.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Espace Physio Forme Inc
  • Collège Inter-Dec
  • Desjardins
  • La Presse
  • Gowling WLG
  • ZSA
  • Pillière Bolduc Notaires
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.