-->

On manque sérieusement de travailleurs!

, par Radio Canada.

Le secteur des services administratifs est particulièrement touché par cette pénurie de main-d’oeuvre.

On pourrait penser que manquer de main-d’oeuvre, c’est un beau problème! C’est le signal, en tout cas, que l’économie va bien, que le chômage est faible, que la croissance est au rendez-vous. Cela dit, dans la réalité, c’est aussi la révélation d’une incapacité sociale à combler tous nos besoins. Et c’est tout à fait contre-productif.

Les dernières données de Statistique Canada sont étourdissantes à ce sujet. Le nombre de postes vacants a bondi de 23 % au pays en 2017, de 46 % au Québec. La proportion de postes vacants est particulièrement importante dans les secteurs de l’hébergement, de la restauration, du transport et des services administratifs.

Un emploi pour vous?

Il y a 2,9 % de postes vacants au pays et 2,6 % au Québec, selon Statistique Canada, qui précise aussi que le salaire horaire moyen de ces emplois est de 20,10 $. De plus, 7 postes sur 10 sont à temps plein. On comprend donc que ce sont de bons emplois qui sont disponibles et que les entreprises n’arrivent pas à les pourvoir.

Dans l’ensemble du Canada, on dénombrait, fin 2017, un total de 470 000 postes vacants :

  • Québec : 93 000 (hausse de 46 %)
  • C.-B. : 89 000 (hausse de 21 %)
  • Alberta : 51 000 (hausse de 21 %)
  • Ontario : 191 000 (hausse de 17 %)

Dans une région comme Chaudière-Appalaches, le taux de postes vacants a augmenté de 1,7 point de pourcentage depuis un an, pour ainsi passer de 1,6 % à 3,3 %. Le taux de chômage moyen en 2017 dans cette région s’est établi à 3,5 %. C’est comme si un trou s’était créé au coeur du marché du travail en Beauce, dans Bellechasse, sur la rive sud près de Québec jusqu’au Bas-Saint-Laurent.

Ce sont des pénuries de main-d’oeuvre qui sont apparues et qui obligent des entreprises à reporter des projets d’investissements ou certains contrats. Ou encore, à trouver des solutions inusitées et innovantes.

Mercredi, mon collègue Olivier Lemieux à Québec expliquait qu’un centre de formation professionnelle avait annoncé un partenariat avec une chaîne de restaurants. Les étudiants vont passer la moitié de leur formation à travailler dans les restaurants. Et ils seront payés!

Pour qui s’intéresse au développement de l’économie québécoise, cet enjeu du manque de main-d’oeuvre est un frein à la croissance à long terme. Le Québec vieillit, une quantité exceptionnelle de gens prennent et vont prendre leur retraite dans les prochaines années.

On commence déjà à voir une stagnation de la croissance de la population active, une hausse des taux d’activité et d’emploi et une baisse du taux de chômage. Tous les éléments sont en place pour une faible croissance économique.

Selon l’Institut de la statistique du Québec, la population de 15 à 64 ans va passer de 5 531 000 personnes en 2017 à 5 428 000 en 2030, une baisse annuelle moyenne de 0,1 %. Le poids démographique de cette tranche de la population va passer de 65,9 % à 59,4 %.

Les solutions sont multiples, mais elles doivent surtout s’additionner. Parmi celles-ci :

  • il faut favoriser la formation des travailleurs actuels et futurs;
  • il faut s’ouvrir aux personnes qui ont des déficiences ou des incapacités et qui voudraient intégrer ou rester sur le marché du travail;
  • il faut offrir de meilleures conditions de travail, de meilleurs salaires et avantages;
  • il faut améliorer l’intégration au marché du travail des personnes immigrantes dont le taux de chômage demeure plus élevé que la moyenne.

Sur ce dernier point d’ailleurs, selon le dernier budget du Québec, « entre 2006 et 2017, 480 200 emplois ont été créés au Québec dans le groupe d’âge des personnes de 15 ans et plus. Sur cette période, la population immigrante de 15 ans et plus a occupé 250 200 nouveaux emplois, soit plus de 50 % de la création d’emplois totale. »

Sur 10 personnes qui arrivent chez nous, 6 sont des immigrants économiques. Et ces immigrants sont majoritairement jeunes. Ils sont considérés comme l’une des solutions, pas la seule, aux enjeux liés aux pénuries de main-d’oeuvre.

Et il est clair qu’une meilleure intégration au marché du travail est essentielle. Les immigrants de 25 à 54 ans arrivés ici depuis cinq ans et moins ont un taux d’emploi de 65,8 %, ceux arrivés il y a 5 à 10 ans, de 79,6 %, et ceux qui sont ici depuis plus de 10 ans, de 81,9 %.

Ces taux sont plus faibles que le taux des 25-54 ans nés au Canada, qui est de 86,2 %. Si les taux d’emploi de 50 000 nouveaux immigrants atteignaient celui des personnes nées au Canada, on ajouterait 0,75 % au PIB du Québec selon le ministère des Finances.

Alors, il y a des solutions. Il faut les explorer pour maintenir la qualité de vie des citoyens et favoriser la croissance des innovations québécoises. Ce serait bien que ce genre de considérations fassent partie du débat électoral qui s’engage.

Une analyse de Gérald Fillion



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Espace Physio Forme Inc
  • ZSA
  • Desjardins
  • Gowling WLG
  • Collège Inter-Dec
  • La Presse
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.